Site UNSA Groupe CDC - AccueilDroit publicPrimes



Dernière mise à jour :
jeudi 14 décembre 2017

Info en bref
Concours interne, dans les spécialités, comptabilité privée, banque et finance et maîtrise d’ouvrage et analyse des processus
mercredi 13 décembre

« Arrêté du 7 décembre 2017 portant ouverture au titre de l’année 2018 d’un concours interne, dans les spécialités, comptabilité privée, banque et finance et maîtrise d’ouvrage et analyse des processus, pour le recrutement dans le corps interministériel d’attaché d’administration de l’Etat pour la Caisse des dépôts et consignations »

Le nombre de postes à pourvoir, basés à Paris ou en province, est fixé à 10 postes répartis ainsi :
- comptabilité privée : 3 postes ;
- banque et finance : 4 postes ;
- maîtrise d’ouvrage et analyse des processus : 3 postes.

Les épreuves écrites d’admissibilité auront lieu du lundi 5 mars au mercredi 7 mars 2018.

Remaniement gouvernemental : une nomination positive
mardi 28 novembre

L’UNSA se félicite de la nomination d’un secrétaire d’état chargé de la Fonction publique.

Cette décision est un signal positif du gouvernement vis-à-vis des 5,4 millions d’agents publics.

La Fonction publique méritait un ministère ou un secrétariat d’état à part entière.

Olivier Dussopt devra maintenant renouer les fils du dialogue social.

L’UNSA Fonction Publique demandera à le rencontrer très rapidement.

Le décret pour la GIPA 2017 est publié !
mercredi 22 novembre

Le ministre de l’Action et des comptes publics avait annoncé à l’occasion du rendez-vous salarial du 16 octobre la reconduction du dispositif de garantie individuelle du pouvoir d’achat (GIPA) en 2017, conformément à l’exigence de l’UNSA.

La publication du texte permettra sa mise en œuvre effective pour les agents concernés. Le versement de la GIPA interviendra sur la paie de décembre 2017.

Boycott du Conseil Supérieur des Fonctions publiques
vendredi 3 novembre

Toujours mobilisées, les fédérations de fonctionnaires dont l’UNSA, continuent d’être unies pour demander à être entendues sur les revendications concernant le PPCR, le gel du point d’indice et la compensation complète de l’augmentation de la CSG.

Toutes les fédérations syndicales ont décidé de boycotter la réunion du Conseil supérieur des Fonctions publiques prévue le 6 novembre que doit présider le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, qui a en charge les fonctionnaires.

Rassemblement devant Bercy le Lundi 6 novembre de 12h à 14h.

Elles « appellent d’ores et déjà à un rassemblement militant devant Bercy à midi » ce jour-là. « Nous espérons que le gouvernement mettra à profit les 10 prochains jours pour revenir sur le report de l’accord PPCR [carrières] et ses propositions de compensation de la hausse de la CSG ».

Fonction publique : action du 10 octobre 2017
mercredi 4 octobre

Dans le cadre de l’intersyndicale réunissant les 9 organisations syndicales de la Fonction publique, un appel unitaire national à l’action est lancé pour le 10 octobre 2017.

Son objectif :
- S’opposer aux mesures négatives qui s’accumulent pour les agents de la Fonction publique (gel du point d’indice, rétablissement de la journée de carence, perspective de 120 000 suppressions d’emplois dans la Fonction publique…).
- Exiger une véritable négociation.

L’UNSA CDC appelle tous les personnels à participer aux manifestations :
-  Dans toutes les grandes villes de France.
-  A Paris : RDV 14 heures place de la République – Nation

lundi 26 mai 2014
Nouveau régime indemnitaire à la Fonction publique de l’Etat

Le décret mettant en place le nouveau régime indemnitaire tenant compte des fonctions, des sujétions, de l’expertise et de l’engagement professionnel dans la Fonction publique de l’Etat (RIFSEEP) a été publié ce 22 mai contre l’avis de l’UNSA et de la très grande majorité des syndicats.

Ce régime indem­ni­taire avait été pré­senté en novem­bre der­nier aux orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les lors d’un Conseil supé­rieur de la Fonc­tion publi­que d’État. Il avait recueilli 20 voix contre (dont celles de l’UNSA) et 1 abs­ten­tion (la CGC). Ce nou­veau dis­po­si­tif n’apporte aucune garan­tie de sim­pli­fi­ca­tion et n’est guère dif­fé­rent de la PFR.

Bien que le projet ait été amendé par le gou­ver­ne­ment dans un souci de cla­ri­fi­ca­tion et de sim­pli­fi­ca­tion d’écriture en repre­nant cer­tains amen­de­ments de l’UNSA (notam­ment la prise en compte de l’entre­tien pro­fes­sion­nel, la men­sua­li­sa­tion de l’IFSE et le retrait de la notion d’inves­tis­se­ment col­lec­tif pour l’attri­bu­tion du com­plé­ment indem­ni­taire annuel), l’UNSA Fonction publi­que reste oppo­sée à ce décret.

Nous deman­dons un dis­po­si­tif plus juste, plus trans­pa­rent et plus com­pré­hen­si­ble par les agents. Le décret ne répond en rien à ces atten­tes.Il fait courir le risque de la mise en place d’une com­pen­sa­tion plutôt que de requa­li­fi­ca­tion des emplois pour les agents qui assu­ment des mis­sions cor­res­pon­dant à un grade, un corps, voire une caté­go­rie supé­rieure à la leur.

Le nou­veau régime indem­ni­taire, très com­plexe pour sa mise en œuvre, se com­pose de 2 par­ties :

- une indemnité de fonctions de sujétions et d’expertises (IFSE) ;

- un complément indemnitaire annuel (CIA).

Le calen­drier d’appli­ca­tion :

Au plus tard à compter du 1er juillet 2015 :

- Les corps d’adjoints administratifs ;

- Les corps de secrétaires administratifs des administrations de l’État ;

- Les corps interministériels des assistants de service social et des conseillers techniques de service social des administrations de l’État, ainsi que l’emploi de conseiller pour l’action sociale des administrations de l’État ;

- Le corps interministériel des attachés d’administration de l’État ;

- Les agents qui, à la date de publication du présent décret, perçoivent la prime de fonctions et de résultats.

Au plus tard à compter du 1er janvier 2017 :

- L’ensemble des fonctionnaires de la Fonction publique d’État.

Toutefois cer­tains corps ou emplois figu­rant dans un arrêté du minis­tre chargé de la Fonc­tion publi­que et du minis­tre chargé du budget pour­ront y déro­ger.

L’UNSA rap­pelle que la bonne réponse est dans une poli­ti­que de requa­li­fi­ca­tion sta­tu­taire des emplois et des per­son­nels qui les occu­pent.