Site UNSA Groupe CDC - AccueilDossiers communsComptes Epargne Temps (CET) public/privé



Dernière mise à jour :
vendredi 23 février 2018

Info en bref
Rappel : campagne d’options pour les jours CET des personnels de la CDC
lundi 19 février

La campagne d’options permettant aux personnels publics et privés de la CDC de faire un choix concernant les jours dont ils disposent sur leur CET est ouverte du 12 février au 9 mars 2018.

Mobilité fonctionnelle : bientôt plus de transparence sur la PVO
jeudi 15 février

Suite à une demande de l’UNSA, la DRH indiquera prochainement (fin février/début mars 2018) le taux de PVO sur les fiches de postes ouvertes dans mobil ’idées.

Placement de l’intéressement sur le PEE ou le PERCO
lundi 12 février

La campagne de placement de la prime d’intéressement 2017, pour les personnels de la CDC, sur le PEE ou le PERCO est ouverte du 12 février au 5 mars 2018.

Depuis cette année, le versement de l’intéressement sur le PERCO donne lieu à un abondement de 150% ou 300% suivant les situations individuelles.

Si vous souhaitez disposer de ce dispositif et faire vos arbitrages sur les différents supports, vous devez saisir votre demande individuelle sur le site Internet cdc.sesalis.com

Gestion du temps : ouverture de la plage unique 7h/20h sur tous les sites de l’Etablissement public fixée au 1er avril 2018
jeudi 8 février

Suite aux multiples interventions de notre organisation, la DRH mettra (enfin) en place le 1er avril 2018 une mesure de l’accord QVT très attendue des personnels : l’expérimentation d’une plage d’ouverture des services unique de 7h à 20h.

Espérons qu’il ne s’agit pas d’un poisson d’avril !

Jours RTT Employeurs 2018
vendredi 29 décembre

Lors du CT du 19 décembre 2017, les jours RTT Employeurs 2018 ont été décidés. Il s’agit des :

  • 11 mai 2018
  • 24 décembre 2018
mercredi 11 décembre 2013
L’UNSA demande l’ouverture de négociation sur la monétisation des Comptes Epargne Temps (CET) à la CDC

Favorable à la mise en place des CET au sein de l’Etablissement public CDC, l’UNSA avait signé en juin 2011 deux avenants à l’accord CET pour les personnels de droit public et de droit privé, tout en regrettant le manque de volonté de la DRH d’harmoniser les droits pour l’ensemble des deux populations, ainsi que la mise en place du transfert de jours CET sur le PERCO.

Aujourd’hui, à un moment où les rémunérations stagnent, l’UNSA relance l’idée, notamment dans le cadre des négociations annuelles des salariés de droit privé (NAO), de négocier un nouvel avenant sur la monétisation des CET.

La monétisation des CET : quelles pistes ?

Cash et/ou valorisation par transfert de jours sur le Perco : c’est possible, la loi le permet !

En effet, la loi prévoit l’utilisation sous forme de complément de rémunération (la monétisation) des droits versés sur le CET.

Les droits qui ne sont pas issus d’un abondement en temps ou en argent de l’employeur sont exonérés d’impôt sur le revenu et de cotisations sociales, dans la limite de 10 jours par an.

Le transfert de 10 jours au plus par an sur un PERCO est également possible, ceux-ci pouvant être bonifiés par l’employeur.

De telles mesures existent dans certaines filiales du groupe : I-CDC (entre 5 et 30 jours 1 fois par an sur un PEE ou un PERCO, bonifiés à hauteur de 30 %), CNP ...

Les propositions de l’UNSA : revoir l’accord CET et y inscrire les deux possibilités, par exemple :

- Scénario 1 : monétisation jusqu’à X jours par an pour un versement en cash

Avantage : amélioration du pouvoir d’achat en temps réel - non différée.

Inconvénient : cotisations sociales & fiscalité au-delà de 10 jours monétisés.

- Scénario 2 : monétisation de X jours par an bonifiés par l’employeur, à 130 %.

Avantages : bonification employeur et placement rémunérateur ; cotisations sociales réduites ; pas de fiscalité ; amélioration de la retraite.

Inconvénient : gain/amélioration du pouvoir d’achat différés car perçu au moment du départ en retraite.

La balle est désormais dans le camp de la Direction !

Espérons qu’elle saisira cette opportunité, car il est vrai que le dialogue social avec la DRH est désormais au point mort.